L’oiseau du mois de mai

L’oiseau du mois de mai est venu ce matin
Siffloter sa chanson juste sous ma fenêtre.
C’est ainsi chaque année, et je dois reconnaître
Que dès avril j’attends son joyeux baratin.

Vous ne me croyez pas ? Je dis la vérité !
C’est mon petit copain, le joyeux émissaire
M’annonçant le printemps et la fin de l’hiver.
Il revient tous les ans, il ne m’oublie jamais.

Il est vraiment joli, mais est-ce un passereau ?
Hardi comme un moineau, bleu comme une mésange.
Peu m’importe après tout ! Il trille comme un ange,
Ce chantre du printemps dont il est le héraut !

Je me leurre peut-être. Est-ce le même oiseau
Qui revient chaque année m’offrir sa ritournelle,
Une lumière neuve et une vie nouvelle
Pour mon jardin flétri ? Ne suis-je qu’un zozo

Qui ose échafauder un pareil scénario ?
Peu me chaut que l’on croit que je suis fantaisiste
Comme tous les rêveurs ; quelle que soit la piste
Où erre mon esprit, rien n’y peut être faux

Puisqu’on peut tout rêver. Et chaque mois de mai,
Je croirai mordicus que mon oiseau est vrai !

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Printemps, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.