L’oiseau de printemps

C’est un mésangeau grassouillet,
Minuscule boule emplumée
Qui vient de tomber de son nid
A quelques pas, non loin d’ici.

Il frémit et piaille de peur,
Et palpite tant de terreur
Au creux de ma main repliée
Que je me sens bouleversée.

Je sens ses ailes qui s’agitent,
Son petit coeur qui bat si vite
Qu’il va peut-être se briser !
Il était prêt à s’envoler

Pour s’en aller courir le monde,
Avaler la vie à la ronde,
Planer partout, virevolter
Picorer, siffler et aimer …

Mais quand j’ai entr’ouvert ma main,
Il est tombé sur le chemin !
Alors je l’ai remis au nid :
Il n’était pas prêt pour la vie.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire