L’Isle-sur-la-Sorgue

 

Poème offert à Diane Saint-Julien
www.islesurlasorgue.net

Construite sur des pilotis
Sur un entrelacs de rivières
Chantant encor le cliquetis
Des roues à aube de naguère,

C’est la Venise comtadine.
Et son marché au fil de l’eau
En a fait une gourgandine
Courtisée par tous les gogos

Accourus pour le pittoresque.
Mais après tout, peu lui en chaut !
Ses « negochins » ressemblent presque,
Qui sillonnent ses blonds canaux,

Aux barques bleues de l’Italienne.
L’Isle est aussi un éventaire
Dissimulant sous ses persiennes
Des trésors et des antiquaires !

Antiquaires et brocanteurs
Vous vendant en larges brassées
Des merveilles et des horreurs.
C’est la ville des vieux objets,

Du passé aux couleurs fanées,
Des antiquités et du faux :
Vraiment une étrange cité
Flottant sur de très vieilles eaux.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.