L’Inconnue

 

 

Poème illustré par un tableau de :

Vilhem Hammershoi
(1864-1916)

Il est une Inconnue derrière chaque porte.
Frappant à tous les huis, Elle attend – peu importe
Qui viendra Lui ouvrir car Elle a tout son temps :
Qui que vous vous croyiez, Elle est là, Elle attend.

C’est une jeune femme à l’air grave et aimable
Qui vient pour s’inviter à votre seule table.
Elle n’est pas méchante, Elle bade partout
Et n’est jamais lassée depuis l’aube de tout.

C’est pour vous qu’Elle est là, on ne peut refuser.
Dans sa main Elle serre une clé ouvragée
Pour ouvrir un jardin tout fleuri d’hirondelles.
Elle est laide parfois, le plus souvent très belle.

Elle vous prend la main, la Sienne est un peu froide.
Elle vous mène alors auprès d’une escouade
D’êtres chers et d’amis qui se sont en allés,
Qui rient et que pourtant l’on a beaucoup pleurés.

Et puis Elle repart : un nouveau rendez-vous.
Elle n’a plus besoin de se soucier de vous.
Elle a quelqu’un à voir et s’il ne L’attend pas,
Il sait bien malgré lui qu’un jour Elle viendra.

Pour Gisèle

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire