L’heure d’hiver

Poème illustré par un tableau de :

Leonid Afremov

Il est plus de minuit et l’on va changer d’heure !
Le ciel sera plus noir et bien plus froid le temps
Malgré parfois des signes d’ultime douceur :
Un soleil presque chaud et des bribes de vent

Qui n’ose pas encor montrer son vrai visage ;
Pas tout à fait mistral ni plus tout à fait brise,
Sachant toujours cacher la folie et la rage
Des torrents d’air en rut qu’on appelle la bise

Tout là-haut dans le Nord. Abrégé par l’hiver,
Grignoté peu à peu, le jour qui devient gris
Nous a fait basculer dans un monde à l’envers
Où la lumière semble soudain rabougrie ;

Les fleurs se sont fanées au fil d’un bel été !
Tout se recroqueville et glisse vers l’ailleurs
D’une triste saison toute ratatinée…
Le clocher de Calas vient de sonner deux heures !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire