L’heure d’hiver

Poème illustré par un tableau de :

Leonid Afremov

Il est plus de minuit et l’on va changer d’heure !
Le ciel sera plus noir et bien plus froid le temps
Malgré parfois des signes d’ultime douceur :
Un soleil presque chaud et des bribes de vent

Qui n’ose pas encor montrer son vrai visage ;
Pas tout à fait mistral ni plus tout à fait brise,
Sachant toujours cacher la folie et la rage
Des torrents d’air en rut qu’on appelle la bise

Tout là-haut dans le Nord. Abrégé par l’hiver,
Grignoté peu à peu, le jour qui devient gris
Nous a fait basculer dans un monde à l’envers
Où la lumière semble soudain rabougrie ;

Les fleurs se sont fanées au fil d’un bel été !
Tout se recroqueville et glisse vers l’ailleurs
D’une triste saison toute ratatinée…
Le clocher de Calas vient de sonner deux heures !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.