L’hélico

sur la mer

Il y a quinze ados, un enfant, une femme :
Debout sur un esquif et qui tendent les bras
Vers l’hélico, là-haut, qui les a vus en bas
Et va les recueillir pour éviter un drame.

Ils sont si épuisés qu’ils ne savent plus trop
Si c’est un bien pour eux qu’ainsi on les secoure.
Ils sont seize majeurs, plus l’enfant qui savoure
De voir enfin de près le terrifiant oiseau.

La mer lèche déçue les flancs gris de la barque :
Cette fois, c’est certain, elle ne noiera pas
Ces proies presque assurées. Mais eux, ils prient tout bas
Allah, Bouddah, ou Dieu, ou bien même la Parque

Qui leur a épargné un liquide tombeau.
L’enfant est minuscule, et sa petite tête
Hérissée de dreadlocks rythme ce jour de fête,
Dodelinant très fort pour marquer le tempo.

Le bruit est infernal. On leur lance une échelle
Qui va les emmener vers un tout autre monde.
L’horizon incurvé dit que la terre est ronde,
Et qu’on peut s’évader en ajustant des ailes

A un petit bateau bondissant sur la mer.
La mer commence à geindre et à se déchaîner,
Furieuse de sentir ses proies lui échapper.
De l’eau sombre et profonde a jailli un éclair…

A ma chère Maïté qui m’a suggéré l’idée de ce poème

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Les gens, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à L’hélico

  1. nic lecap dit :

    Un bien joli poème qui résume à lui tout seul cette catastrophe humanitaire. Plus de 3.400 migrants ont perdu la vie en 2014 en tentant de traverser la mer Méditerranée. Cette traversée est devenue l’une des plus dangereuses du monde, et ce long cauchemar de la fuite éperdue hors d’Afrique continue.
    Notre continent est un eldorado qui pousse ces malheureux à faire des choses qui mettent leur vie en danger, mais parfois il n’y a aucune autre alternative. Pour la plupart ils viennent de Syrie et d’Erythrée où ils sont confrontés à la guerre ou à la persécution des régimes totalitaires.

Laisser un commentaire