L’étranger

 

Assis à la terrasse et badaudant la foule
Qui passe devant lui et lentement s’écoule ,
Il a le regard las , inquiet d’un étranger
Qui fait de tout passant un insidieux danger .

A petites gorgées il aspire et sirote
Une boisson trop brève . Un homme l’asticote
Pour qu’il s’en aille enfin : il n’est pas présentable
Avec ses cheveux gras et son aspect minable .

Il est très fatigué car il a trop marché .
Et si les gens d’ici sont comme ensoleillés ,
Il ne sait si pour eux il est encor quelqu’un .

Et pourtant essentiel il l’est pour ceux qui l’aiment ,
Malgré sa vie perdue ciselée en poème .
Mais il n’est plus ici qu’un insecte importun .

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Portraits, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.