L’étoile de mer

Dès qu’est outrepassée cette étrange frontière
Qui dissocie en deux le ciel et l’onde bleue,
L’on se met à voler comme oiseau dans la mer,
Ou poisson dans le ciel, ou peut-être les deux !

Un être étrange et rouge est posé sur le sable.
C’est peut-être une fleur ? Etoile sûrement
Tombée un soir d’été du fond du firmament,
Un être frustre et simple à la forme admirable

Dont la géométrie confine à l’excellence
Et l’immobilité à une presque-mort.
Mais l’étoile est vivante et l’eau qui se balance
La piquète parfois d’un pétillement d’or.

La Méditerranée est creusée par le vent,
Mais ici c’est le monde du calme absolu.
L’étoile est engourdie sous l’ondoiement du flux
Des algues la frôlant de leurs longs filaments.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire