L’étoile à terre

images

Sur le bitume gras, un grand sceau mordoré :
Dans la nuit de lundi, une étoile a chuté
Sur notre bon Marseille, au centre de Noailles.
L’explosion, déflagrant comme un bruit de mitraille,

D’un astre insignifiant de presque rien du tout
Qui s’est cassé la gueule en s’en venant chez nous
Vient de nous démontrer qu’un bout de galaxie
Pourrait nous percuter ! L’idée nous horrifie ;

Nous sommes stupéfaits, le coeur tout éperdu
De stupeur et d’émoi car l’étoile a fondu :
Il n’en reste plus rien qu’une empreinte irisée
Et de la poudre d’or que, sous les quolibets,

Certains avaricieux enfournent dans leurs poches :
Geste fort incongru et réflexe très moche
De tout petits Humains oubliant que le ciel
Ne peut se monnayer ; que ce fait irréel

Qui s’est passé chez nous vient de classer Marseille
Dans les tout premiers rangs des villes aux merveilles :
Mais la poudre d’étoile épandue tout partout
Grise certains fadas et les rend presque fous…

Depuis lundi dernier flotte sur notre ville
Comme une aura dorée ; une lueur fragile
Qui fait vibrer les rues, irradiant les pavés,
Baignant de pureté le ciel tout délavé.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire