L’été tout neuf

Poème illustré par une aquarelle de :

Christiane Prévost
www.christiane-prevost.com

Un gros soleil tout neuf aiguise ses rayons ;
En avril et en mai il fut fort maigrelet
Mais c’en est bien fini et il s’est requinqué ;
Il a l’air désormais d’un énorme ballon

Hérissé de lumière, et un typhon de feu
Déferle en tourbillons au coeur de la Provence.
Il y a quelques jours on vit comme une chance
Ce retour d’un été glorieux ; mais d’ici peu

Nous allons soupirer qu’il fait vraiment trop chaud,
Tant il est vrai qu’ici on passe en un instant
De la normalité aux excès les plus grands !
Depuis hier matin un coup de sirocco

Nous arrive du Sud ; son souffle meurtrier
Commence à défraîchir les roses toute neuves.
Puisse ce bel été ne pas être une épreuve,
En faisant du jardin un paillis desséché !

Mais dame Météo a ouï nos prières :
Dès demain, paraît-il, nous allons retrouver
La douceur inhérente au début de l’été.
N’y avait-il donc là qu’une erreur saisonnière ?

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.