L’été-printemps

Eric Bruni

Poème illustré par un tableau de :

Eric Bruni
www.liensutiles.org/ebruni.htm

Cette année, notre été fut semblable au printemps :
Pas l’un de ces étés au ciel bleu homogène
Dès la mitan de juin. Non ! Un ciel phénomène
Etrange et incertain qui variait tout le temps :

Des orages, du vent, même au mois de juillet !
Bizarre météo, picnics imprévisibles,
Débandade au jardin, et – c’en était risible !
Une petite laine ou un châle à porter

Dès la tombée du jour ! Eté pas mal barjo
Aux furieux coups de gueule, aux fantasques lubies,
Et donnant aux cours d’eau la bizarre manie
De déborder sitôt qu’il pleuvait un peu trop !

Le ciel fut arlequin, passant du bleu au gris,
Avec des nues joufflues boursouflées de tempêtes,
Où le mistral ravi, glapissant à tue-tête
Et n’en revenant pas, ce furieux malappris !

Pouvait tonitruer comme au mois de janvier !
Prémices d’un futur aux visions effrayantes
Ou funeste rançon d’une époque inconsciente ?
Déconcertant mois d’août, curieux mois de juillet…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire