L’été-printemps

Eric Bruni

Poème illustré par un tableau de :

Eric Bruni
www.liensutiles.org/ebruni.htm

Cette année, notre été fut semblable au printemps :
Pas l’un de ces étés au ciel bleu homogène
Dès la mitan de juin. Non ! Un ciel phénomène
Etrange et incertain qui variait tout le temps :

Des orages, du vent, même au mois de juillet !
Bizarre météo, picnics imprévisibles,
Débandade au jardin, et – c’en était risible !
Une petite laine ou un châle à porter

Dès la tombée du jour ! Eté pas mal barjo
Aux furieux coups de gueule, aux fantasques lubies,
Et donnant aux cours d’eau la bizarre manie
De déborder sitôt qu’il pleuvait un peu trop !

Le ciel fut arlequin, passant du bleu au gris,
Avec des nues joufflues boursouflées de tempêtes,
Où le mistral ravi, glapissant à tue-tête
Et n’en revenant pas, ce furieux malappris !

Pouvait tonitruer comme au mois de janvier !
Prémices d’un futur aux visions effrayantes
Ou funeste rançon d’une époque inconsciente ?
Déconcertant mois d’août, curieux mois de juillet…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.