L’été des orages

orage

Zeus est vraiment fâché ! Mais qu’avons-nous donc fait ?
Depuis début juillet il tonne et vocifère,
Brandissant sans arrêt tempêtes et éclairs
Pour nous faire payer de mystérieux méfaits.

Et pas uniquement par ici en Provence !
Il déchaîne partout son énorme colère :
Chaque jour, chaque nuit, il gronde et vitupère
A hurler que veux-tu dans chaque coin de France.

A qui est-ce le tour ? On surveille le ciel
Qui grisaille soudain ; le cricri des cigales
Cesse instantanément ; même le roi-mistral
Qui n’aime pas l’orage a fui à tire d’aile.

Et soudain tout éclate, à vous flanquer la trouille :
Des éclairs en cascade et d’énormes grelons
Aussi gros par endroits que balles de ping-pong !
Une pluie à noyer une armée de grenouilles !

C’est ainsi tout les jours ! Zeus doit être épuisé,
Comme les gens, d’ailleurs, dont il détruit les biens…
Mais râler contre lui ne servirait à rien
Qu’à gâcher un peu plus ce pitoyable été…

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.