L’été bascule

Sonnet
www.my-art.com

Dans le ciel orangé où flotte un gros nuage
Un vol d’oies se déploie comme un V majuscule.
Le soleil s’effiloche et peu à peu bascule
Là-bas à l’horizon comme un lointain mirage.

La garrigue s’endort sous l’astre somnolent
Aux rayons émoussés par l’hiver qui s’en vient…
Ou qui s’en va venir. D’ici peu : presque rien
Dans la valse infinie des saisons et du temps…

Le feuillage encor vert s’accroche encor bien dru
Aux arbres poussiéreux : à Trets il n’a pas plu
Depuis deux mois entiers ! Tout y fleure l’automne :

Les plantes n’ont plus soif ; le soir tombe plus tôt
Sur l’étang barbouillé des ternes reflets jaunes
De l’été déclinant qui s’en va à vau-l’eau.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.