L’été bascule

Sonnet
www.my-art.com

Dans le ciel orangé où flotte un gros nuage
Un vol d’oies se déploie comme un V majuscule.
Le soleil s’effiloche et peu à peu bascule
Là-bas à l’horizon comme un lointain mirage.

La garrigue s’endort sous l’astre somnolent
Aux rayons émoussés par l’hiver qui s’en vient…
Ou qui s’en va venir. D’ici peu : presque rien
Dans la valse infinie des saisons et du temps…

Le feuillage encor vert s’accroche encor bien dru
Aux arbres poussiéreux : à Trets il n’a pas plu
Depuis deux mois entiers ! Tout y fleure l’automne :

Les plantes n’ont plus soif ; le soir tombe plus tôt
Sur l’étang barbouillé des ternes reflets jaunes
De l’été déclinant qui s’en va à vau-l’eau.

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire