L’étang de Berre

Poème illustré par un tableau de :

Henri Guey
www.henri.guey.free.fr
 

Etang réel ou presque mer ?
Mais mer vraiment plus qu’un peu morte
Sous la nue que le vent emporte.
Eau toute flétrie et amère

Que les Humains tuent peu à peu,
Eau saumâtre toute salie
Par les déchets, par l’industrie
D’un monde peu précautionneux.

Peu de poissons dans peu d’eau bleue,
Eau terne qui fait illusion
Quand on la voit à l’horizon
Se mêler au ciel trop brumeux.

Brume jaunâtre et brume acide
Qui pèse comme un lourd couvercle
Sur les cités posées en cercle
Autour d’un étang impavide.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire