L’étang de Berre

Poème illustré par un tableau de :

Henri Guey
www.henri.guey.free.fr
 

Etang réel ou presque mer ?
Mais mer vraiment plus qu’un peu morte
Sous la nue que le vent emporte.
Eau toute flétrie et amère

Que les Humains tuent peu à peu,
Eau saumâtre toute salie
Par les déchets, par l’industrie
D’un monde peu précautionneux.

Peu de poissons dans peu d’eau bleue,
Eau terne qui fait illusion
Quand on la voit à l’horizon
Se mêler au ciel trop brumeux.

Brume jaunâtre et brume acide
Qui pèse comme un lourd couvercle
Sur les cités posées en cercle
Autour d’un étang impavide.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.