L’Esprit de l’Eté

coucher soleil

Sonnet

Je suis l’Esprit ardent qui anime l’Eté,
Et de ma bouche en feu où brasille un volcan,
J’éructe vers la Terre un fleuve dévorant
Embrasant le Midi dès le mois de juillet.

Mon âme est dectructrice et peut tout enflammer.
Né de l’éclat jailli d’un vieux tesson gisant
Au fin-fond d’un ravin, je suis un fléau blanc
Qui laisse aux alentours la lande ravagée

Et fouaillée à coeur peut-être pour toujours.
Mon faix le plus souvent pèse vraiment très lourd
Sur le Sud harassé par mon extravagance.

Le tourmentant parfois comme une force obscure,
Je suis l’Eté hanté par l’énorme démence
D’un trop-plein de soleil frisant la démesure.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à L’Esprit de l’Eté

  1. Eric Bertrand dit :

    Vraiment superbe ce poème. il y a beaucoup de grandeur là dedans.

  2. Merci, Eric (le toujours indulgent)…

Laisser un commentaire