Les vacances de février

Poème illustré par un tableau de :

Joseph Anton Koch
(1768-1839)

Nous sommes partis d’Aix vraiment tôt ce matin
Pour échapper au flot pressé des Marseillais
Attirés par la neige fraîchement tombée
Depuis vendredi soir. Echappés du tintouin

Du fameux grand départ ! Nous prenons l’autoroute :
Elle est bien dégagée. Quel bonheur nous avons
De traverser ainsi cette belle région
Qu’est la Haute-Provence ! Allez, en avant toute !

Le temps est somptueux, l’horizon découpé
Par les contours aigus de hauts sommets tout blancs.
Il ne nous reste plus qu’à avoir du beau temps
Vers le Sauze, là-bas. Il serait enneigé

Juste comme il le faut d’après la Météo !
Mais voici le barrage de Serre-Ponçon,
Un tunnel pas bien long et le dernier tronçon
Qui va nous amener en une heure là-haut.

La route tournicote ; et les mélèzes nus
Strient de leurs troncs gris les pentes en grimpette ;
La route est dégagée ; voici Barcelonnette…
Un tout dernier effort et nous sommes rendus.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire