Les treize desserts

 

Puisqu’en notre Provence existe
Cette tradition séculaire,
Nous allons préparer la liste
Nécessaire aux treize desserts :

La pompe à l’huile et à l’anis
( Brioche ambrée poudrée de blanc )
Et les fruits secs les plus exquis
Prévus pour les Ordres mendiants :

Noisettes, noix aux Augustins,
Et des amandes pour les Carmes ;
Figues sèches aux Franciscains,
Et, bien qu’ils aient fort peu de charme,

Raisins secs aux Dominicains !
Pommes, poires et melon vert,
Des sorbets et puis du raisin …
Je n’ai rien oublié, j’espère ?

Si ! Nougat noir et nougat blanc.
C’est bien ! Nous avons notre compte.
Tout ça vous paraît étouffant ?
Nest-ce pas ce que l’on escompte :

Qu’avec un rien de ça, de ci,
Vous sachiez rester raisonnables ?
Vous verrez que cela suffit
Pour vous rendre gais et aimables,

D’autant qu’on raconte en Provence
Qu’il suffira d’en grignoter
Pour bien apprivoiser sa chance :
Un grand bonheur toute l’année !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire