Les treize desserts

 

Puisqu’en notre Provence existe
Cette tradition séculaire,
Nous allons préparer la liste
Nécessaire aux treize desserts :

La pompe à l’huile et à l’anis
( Brioche ambrée poudrée de blanc )
Et les fruits secs les plus exquis
Prévus pour les Ordres mendiants :

Noisettes, noix aux Augustins,
Et des amandes pour les Carmes ;
Figues sèches aux Franciscains,
Et, bien qu’ils aient fort peu de charme,

Raisins secs aux Dominicains !
Pommes, poires et melon vert,
Des sorbets et puis du raisin …
Je n’ai rien oublié, j’espère ?

Si ! Nougat noir et nougat blanc.
C’est bien ! Nous avons notre compte.
Tout ça vous paraît étouffant ?
Nest-ce pas ce que l’on escompte :

Qu’avec un rien de ça, de ci,
Vous sachiez rester raisonnables ?
Vous verrez que cela suffit
Pour vous rendre gais et aimables,

D’autant qu’on raconte en Provence
Qu’il suffira d’en grignoter
Pour bien apprivoiser sa chance :
Un grand bonheur toute l’année !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.