Les savonneries

Autrefois à Salon moultes savonneries
Embaumaient alentour la ville de l’odeur
D’une hygiène parfaite. Et à cors et à cris
On réclamait partout ce gage de fraîcheur.

Huile d’olive et soude enfournées dans les cuves,
Malaxées et touillées tournaient, virevoltaient
Dans une valse lente, et au coeur de l’étuve
Odorant et bien blond le savon se formait.

Partout dans l’atelier des tas de cendres grises
Et de l’huile d’olive en gros fûts tout luisants …
Reste de tout ceci une histoire transmise
Depuis toujours ici de parents à enfants :

Si des crampes la nuit vous mordent les mollets,
Glissez donc un savon le soir dans votre lit.
Et arrêtez de rire ! Dès ce soir, essayez …
Les Vieux le savaient bien : l’on est vite guéri.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire