Les Rois

Illustré par un tableau de :

Tiziano Vecellio, dit Le Titien
(1473-1490)

Les enfants excités attendent le dessert.
La famille réunie ne peut faire mystère
De sa joie d’être là car c’est l’Epiphanie,
Mais l’on a bien du mal à calmer les petits.

On a mis sous la table le plus jeune des trois
Car ce soir c’est la Fête : on va tirer les Rois !
A dîner réussi, brioche délectable,
Et pas une bouchée ne cherra pour Aimable

Qui veut faire bamboche aux pieds de Jérémie.
Découpons la brioche : attention, c’est parti !
Jean attribue les parts et on les distribue
Quand soudain le sort fait que c’est Papet Lulu

Que le Destin choisit. Mais comme il est avare,
Il ne veut pas offrir son champagne au Hasard !
Alors il déglutit et avale en secret
Cette fève exécrable et qui l’a transformé

En Roi de l’Assemblée. Mais reste le Sujet,
Minuscule effigie trouvée par tante Aimée.
Alors on l’applaudit et vite on la couronne.
Allongé sur le sol, déçu, Aimable grogne …

On est bien trop heureux pour que le vieux chien souffre,
D’autant que son antique estomac est un gouffre.
Il aura droit aussi à sa part du gâteau.
Tout le monde est content, et dehors il fait beau

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire