Les quartiers Nord

Il y a fort heureusement
L’OM et la mer au lointain
Qui peuvent les calmer  avant
Qu’ils ne grondent, serrant les poings.

Ils se passionnent pour le foot,
Et leur amour pour le ballon
Les apaise avant qu’ils ne foutent
Tout en l’air en tournant en rond.

Ils sont de toutes les couleurs
Se supportant plus ou moins bien :
Des Blacks, des Blancs et puis des Beurs.
Mais la mer qui vire au lointain

Et les rassemble sur la plage
Fait d’eux des Jeunes identiques
A tous les Jeunes de leur âge,
Des Africains aux Asiatiques.

Il y a fort heureusement
A Marseille l’OM et la mer
Qui les apaisent bien avant
Qu’ils ne nous foutent tout en l’air .

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire