Les piments

Poème illustré par un tableau de :

Valérie Girard
www.a-ma-galerie.info

Au feu ! Au feu ! De l’eau ! Soudain ma bouche brûle,
Mon palais est en feu ! Et quelque chose hurle
Tout au fond de ma gorge ! C’est ce maudit piment
Que je viens de sucer qui me rend fou-dément !

Ils sont jolis, pourtant, ces petits fruits où glissent
Trois rayons de soleil. Mais leur peau est trop lisse
Pour qu’on puisse se fier à leur air angélique.
Ils sont les pourvoyeurs d’incendies sataniques

Et usent de leur feu avec trop d’allégresse !
Ici dans le Midi nous les nattons en tresses :
Nous en enguirlandons les poutres et les murs
Qu’ils décorent gaiement de rouges mouchetures.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire