Les piments

Poème illustré par un tableau de :

Valérie Girard
www.a-ma-galerie.info

Au feu ! Au feu ! De l’eau ! Soudain ma bouche brûle,
Mon palais est en feu ! Et quelque chose hurle
Tout au fond de ma gorge ! C’est ce maudit piment
Que je viens de sucer qui me rend fou-dément !

Ils sont jolis, pourtant, ces petits fruits où glissent
Trois rayons de soleil. Mais leur peau est trop lisse
Pour qu’on puisse se fier à leur air angélique.
Ils sont les pourvoyeurs d’incendies sataniques

Et usent de leur feu avec trop d’allégresse !
Ici dans le Midi nous les nattons en tresses :
Nous en enguirlandons les poutres et les murs
Qu’ils décorent gaiement de rouges mouchetures.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.