Les pies

 

Elles sont énormes et grasses
Tant elles volent , pillent tout ,
Et leurs si longues ailes brassent
L’air étouffant du grand mois d’août .

Elles n’ont cure du temps chaud
En leurs livrées blanches et noires ,
Et épouvantent les moineaux
Pour les chasser de l’abreuvoir .

Jacassant à bec que veux-tu ,
Criaillant à perdre la tête ,
Bande ripailleuse et grinchue ,
Ce sont des voyous pique-assiettes …

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.