Les pieds d’alouette

Poème illustré par : 

Théo Azambre
 
www.galerie-creation.com

Dans le fond du jardin, des hampes surfleuries
S’adossent prudemment à la haie de troènes.
Leur tige longue et souple leur vaut pas mal de haine,
C’est ce maudit mistral qui en veut à leur vie :

Il faut les tuteurer. Tout vibrants de couleurs,
-Du rose et du violet, du bleu pâle et du blanc-
Ils ont parfois la taille d’un petit enfant,
Un minot dont le front serait paré de fleurs.

Mais ils sont très gourmands, et le sol du Midi
Est parfois un peu pauvre et caillouteux pour eux.
Du fumier, de l’engrais : pour qu’ils vivent heureux
Il vous faudra souvent calmer leur appêtit !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire