Les petits vieux

 

Poème illustré par :

Philippe Calabro
http://www.calabro.canalblog.com

On dirait qu’on les a chassés
De la maison. Dès le printemps
Ils s’installent rasés de frais,
L’oeil vif et déjà pétillant,

A la terrasse du café.
Ils restent assis sur leur banc,
Tout esquichés, à galéger
Des gens qui passent, des enfants

Courant tout rouges vers l’école.
Ils sont là, épaule contre épaule
Et regardent passer le temps

Qui use peu à peu leur âme.
Il n’y a guère que le vent
Pour les renvoyer chez leur femme.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Portraits. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.