Les Pénitents des Mées

 

Poème illustré par un tableau de :

Vincent Honnoré
http://honnore.peintre.free.fr

Colosses de granit pétris d’éternité,
Etroitement serrés les uns contre les autres
Et rugueux compagnons tout encapuchonnés,
Ils semblent psalmodier de tristes patenôtres

Que personne n’entend. Ce sont les Pénitents,
Des moines pétrifiés pour avoir autrefois
Ressenti un désir dont nul ne se repent
En Terre de Provence, sauf quelques pisse-froid.

Se détachant en gris sur la montagne sombre,
Ils sont bien plus massifs que les plus grands géants.
A leur énorme pied la ville cernée d’ombre
N’est plus qu’un minuscule et piètre jeu d’enfants.

Ils surplombent la plaine, et non loin la Durance
Déroule ses anneaux tel un anaconda
Dévalant des sommets de la Haute-Provence.
Mais malgré sa fureur, les Pénitents sont là,

Immuables, altiers, gigantesques menhirs
Figés dans leur torpeur de toute éternité,
Et l’on entend parfois un étrange soupir
Qui affleure le roc en le faisant vibrer.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les Pénitents des Mées

  1. Martine Tron dit :

    Coucou Vette !
    Superbe poème…tu sais que ce n’est pas loin de chez moi ? et le soir, coucher de soleil à ne pas manquer vu du haut du non moins superbe village de Montfort !
    J’espère te revoir bientôt…
    Grosses bises

    Martine 🙂

  2. Vette dit :

    Heureuse que ce poème ait plu à ma Haute-Provençale préférée…

Laisser un commentaire