Les oliviers voyageurs

Poème illustré par un tableau de :

Vincent Van Gogh
(1853-1890)

J’étais dans mon jardin quand, derrière la haie,
J’ai soudain vu passer quatre grands oliviers
Avançant lentement, feuillage frémissant
Doucement agité par un souffle de vent.

Quatre beaux oliviers, très dignes et royaux
Se découpant en gris sur le ciel indigo
D’un beau jour de printemps. Oliviers voyageurs
Allant se dandinant. En proie à la terreur

D’avoir perdu l’esprit, je me précipitai
Sur le bord de la route. Et là je constatai,
Un peu triste pourtant, que les quatre larrons
Etaient transbahutés sur le dos d’un camion !

Finie la féérie : quatre oliviers normaux !
Je me dis cependant que par ce beau temps chaud,
Il devait être bon d’ainsi se balader
A travers la Provence. Un destin d’olivier

Est plutôt routinier ! La possessive ardeur
D’un richard qui voulait être le possesseur
De ces quatre oliviers dans leur maturité
Les mènerait peut-être à la félicité,

Eux qui s’ennuyaient tant au fond de leur maquis ?
Il me sembla entendre un léger cliquetis :
Branches entrechoquées ou craquètement d’aise ?
Le convoi disparut juste au croisement d’Eze…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Chez nous, Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les oliviers voyageurs

  1. Marie LC dit :

    Bonjour Vette,
    Je ne suis pas tombée « par hasard » sur votre site mais j’y suis venue sur les conseils de Christian Guinet à qui je parlais hier de mon site poésie après que nous ayons pas mal discuté peinture et photo (lui peint, je fais des photos sur un autre site). Et quel bonheur de trouver ENFIN un site de poésie en alexandrins !
    Tellement peu de gens s’intéressent à ce type de poésie que j’adore, préférant le slam ou le rap auxquels personnellement je n’adhère pas du tout.
    Ce premier contact sur « Les oliviers voyageurs » me plait beaucoup et je reviendrai. Je vais même, si vous le permettez, mettre votre lien sur mon site.
    J’ai déjà eu plusieurs sites de poésie mais comme ils ne marchaient pas je les ai supprimés pour, au final, en recréer un il y a peu de temps.
    A très bientôt donc.
    Marie

  2. Vette dit :

    Eh oui, chère Marie ! Mais pour faire de la poésie dite classique, il faut y mettre non seulement son coeur, mais aussi beaucoup, beaucoup , beaucoup de travail… même si ces efforts n’apparaissent pas au premier abord ! Et ne croyez pas que les gens ne s’y intéressent plus : mon site a entre 300 et 400 visiteurs par jour !

    Merci pour le lien ! et à bientôt
    Vette

Laisser un commentaire