Les oeufs

 

 Poème illustré par :

Dubois-Gérard
www.dubois-gerard.com

Depuis qu’elle est née au Pontet,
Marinette a pondu trois oeufs
Qu’on ne pourra jamais manger
Car ce sont trois oeufs merveilleux :

Dans le premier il y a le Vent,
Le Mistral de notre Provence,
Et c’est vraiment très exaltant
De L’empêcher d’entrer en danse.

Dans le deuxième la Chaleur
Exaspérée du grand mois d’août,
Et sans Elle quel grand bonheur :
De cela personne ne doute !

Dans le troisième le Soleil
Dingue et dément du plein Eté.
Ses énormes rayons vermeils
Ne viendront plus tout embraser !

Un temps idéal, une vie
Sans excès, sans débordements …
Mais sera-ce encor le Midi
Sans tous ces enquiquinements ?

Alors on a pris les trois oeufs
Malgré les cris de Marinette,
Et pour délivrer nos trois Dieux,
On en a fait une omelette  …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire