Les myrtilles

Le Plateau est couvert de petites baies bleues.
Titillement du goût et plaisir pour les yeux !
Elles nous attendaient, elles sont juste mûres !
Tartes à l’horizon, sirops et confitures :

Les myrtilles sont là et nous en salivons.
Martin a pris un peigne et nous le sermonnons
Car il est interdit de forcer la Nature.
N’avons-nous pas deux mains ? Mais Martin n’en a cure…

Nos doigts sont tout pégueux d’un jus délicieux,
Le jus sucré et doux des tout petits fruits bleus
Emplissant nos paniers. « Tiens tiens ! s’écrie Martin,
Si je vous dénonçais ? » Et faisant le malin :

« Et alors comme ça on joue aux hors-la-loi ?
Vous en avez bien trop, puisque vous n’avez droit
Qu’à deux kilos chacun.Té ! C’était bien la peine
De me mettre la honte avec mon pauvre peigne ! »

C’est vrai qu’il a raison, mais c’est vraiment trop tard.
Il nous faut redescendre, et sans aucun retard
Car le soleil décline ; et il n’est pas facile
De replacer nos baies sur leur tige fragile !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire