Les mains – 1

Dans la grosse main brune une petite main.
Main menant vers sa classe une première fois
La si petite main pelotonnée d’effroi
Et agrippée bien fort. Tout au bout du chemin

L’école dont le nom signifie bien des choses :
Doudou abandonné laissé à la maison,
Sucette délaissée, adieux, séparation,
Une étrange aventure et une porte close.

Les deux mains tout émues frémissent de concert,
Ce sont peut-être là les prémices du pire.
Va-t-on s’habituer ? Et l’on ne saurait dire
Qui est le plus ému, de l’enfant ou du père …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Automne, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire