Les larmes de l’hiver

Au bout d’une branche une goutte.
Est-ce une larme de l’hiver ,
L’hiver mortifié que dégoûte
Les invraisemblables points verts

Disséminés sur la garrigue ?
Espoir craintif, rêve fervent…
C’est vrai que parfois nous fatiguent
Le froid encor, la pluie, le vent !

N’est-il point trop tôt pour sourire,
Pour croire l’hiver terminé ?
Et cette brise qui soupire,
Souffle du printemps nouveau-né,

Est-ce un faux mistral qui n’aspire
Qu’à hurler et se déchaîner ?
Peut-être sera-t-il le pire
De ces grands vents venant freiner

Le désir d’ivresses nouvelles ?
Mais non ! Le nectar du printemps
Commence à remplir la coupelle
De ces fleurs que tu aimes tant,

Ces tulipes multicolores
Qu’a ripolinées le soleil.
Les oiseaux vont chanter encore
Le doux printemps et son réveil !

Dis, l’entends-tu qui zinzinule,
Cet oiseau chapeauté de bleu ?
La fontaine mousse et ses bulles
Rappellent que soudain il pleut.

Mais ce n’est rien, ce n’est pas grave :
La nature a tant besoin d’eau
Qui la désaltère et la lave !
Oh ! Vois comme ce ciel est beau…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Printemps, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.