Les joyeux pépins

Poème inspiré par un tableau de :

Tonygram
www.artquid.com

Il pleut dru, aujourd’hui ; et l’on est tout contents
Car on était tout secs comme de vieux sarments.
Dis, ça faisait combien ? Deux bons mois… même trois,
Qu’il n’était pas tombé une goutte ! Et l’émoi

De voir enfin tant d’eau nous a tous fait sortir
Sous cette bonne averse, pour danser et pour rire !
Bien sûr, les étrangers ne sont pas très heureux
Car la pluie, c’est leur truc ; ils croient que quand il pleut,

Comme chez eux ça dure et des jours et des jours.
Pas dans notre Midi : épisode très court
Qui va juste mouiller la plage et les jardins
D’un nectar délicieux qu’on attendait en vain

Depuis le mois de juin ! Tout brille dans le soir
Et semble bien ciré : les toits et les trottoirs !
Vois les fleurs qui se dressent avec insolence !
Que c’est bon, cette pluie, au mois d’août en Provence !

On piétine, on patine, et ça fait plic et plac
Sous nos pieds tout boueux pataugeant dans les flaques.
Un désordre, un foutoir, un binz d’autant plus gais
Qu’à Marseille, la pluie, ça ne dure jamais !

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion, Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire