Les jardinophiles

Poème illustré par :

Elisabeth Fourcade
www.elisabeth-fourcade.net

Enfin l’on repense au jardin !
A peine éveillés ce matin
Alors que le soleil rutile,
Désir d’air pur, pensées futiles

Viennent soudain vous envahir.
Il fait doux ; l’on va ressortir
Bêches, binettes et râteaux…
Merci, Printemps : il fait si beau !

Dans toutes les jardineries,
Un monde fou va, vient, sourit,
Et ne sait plus parler que graines,
Engrais nouveaux, fleurs et fontaines,

Haies fleuries et irrigation,
Composteur, tondeuse à gazon …
On est pris d’une frénésie
De jardinite ; on a envie

Du plus beau jardin du quartier.
Car on est tous des jardiniers !
N’a-t-on qu’un infime balcon
Qu’on se prend pour un Baraton !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire