Les jardinophiles

Poème illustré par :

Elisabeth Fourcade
www.elisabeth-fourcade.net

Enfin l’on repense au jardin !
A peine éveillés ce matin
Alors que le soleil rutile,
Désir d’air pur, pensées futiles

Viennent soudain vous envahir.
Il fait doux ; l’on va ressortir
Bêches, binettes et râteaux…
Merci, Printemps : il fait si beau !

Dans toutes les jardineries,
Un monde fou va, vient, sourit,
Et ne sait plus parler que graines,
Engrais nouveaux, fleurs et fontaines,

Haies fleuries et irrigation,
Composteur, tondeuse à gazon …
On est pris d’une frénésie
De jardinite ; on a envie

Du plus beau jardin du quartier.
Car on est tous des jardiniers !
N’a-t-on qu’un infime balcon
Qu’on se prend pour un Baraton !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.