Saint Honorat

Il était une fois un moine qui voulait
S’installer sur une île avec tous ses amis.
Il partit donc en mer, espérant y trouver
Un lieu presqu’idéal pour y passer sa vie.

Et puis il dénicha l’île de tous ses rêves
Et remercia le ciel d’un coeur reconnaissant …
Mais à peine avait-il abordé sur la grève
Qu’il reculait devant un spectacle effrayant :

Car partout sur le sol des serpents qui grouillaient ,
Des reptiles affreux, immondes et gluants !
Honorat affolé grimpa à un palmier
Puis il pria son Dieu, terrifié mais confiant.

Alors de l’horizon s’en vint à sa rescousse
Une vague géante qui submergea l’îlot.
Honorat s’accrocha, et malgré la secousse
Se sortit sain et sauf du passage du flot.

La terre autour de lui était comme lavée :
Il pourrait y construire son beau monastère
Car toutes les Chimères avaient été noyées,
Leurs cadavres puants renvoyés en Enfer !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.