Saint Honorat

Il était une fois un moine qui voulait
S’installer sur une île avec tous ses amis.
Il partit donc en mer, espérant y trouver
Un lieu presqu’idéal pour y passer sa vie.

Et puis il dénicha l’île de tous ses rêves
Et remercia le ciel d’un coeur reconnaissant …
Mais à peine avait-il abordé sur la grève
Qu’il reculait devant un spectacle effrayant :

Car partout sur le sol des serpents qui grouillaient ,
Des reptiles affreux, immondes et gluants !
Honorat affolé grimpa à un palmier
Puis il pria son Dieu, terrifié mais confiant.

Alors de l’horizon s’en vint à sa rescousse
Une vague géante qui submergea l’îlot.
Honorat s’accrocha, et malgré la secousse
Se sortit sain et sauf du passage du flot.

La terre autour de lui était comme lavée :
Il pourrait y construire son beau monastère
Car toutes les Chimères avaient été noyées,
Leurs cadavres puants renvoyés en Enfer !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire