Les fleurs

Poème illustré par un tableau de :

Ancoco
http://ancoco.centerblog.net/

Dans le fond du jardin quatre fleurs ont poussé,
Qu’on ne connaissait pas, jaillies de l’inconnu.
Elles sentaient si bon qu’une foule attirée
Par leur parfum poivré est bien vite accourue.

Un collier transparent de gouttes de rosée
Encerclait de cristal les corolles charnues.
Leur couleur était vive. Une poudre dorée
Safranait de soleil les pétales pointus.

Leur arôme épicé était si enivrant
Qu’il semblait tournoyer en vrille autour des gens.
Les corolles dorées étaient encor fermées.

Mais le temps était doux, si tiède l’aube verte
Que les étranges fleurs enfin se sont ouvertes :
Lovées à l’intérieur, quatre fées sommeillaient .

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire