Les dormeurs

Vue sous marine

Six dormeurs, six gisants. Six êtres que la mer
Caresse aimablement ; et ses baisers amers
Effleurent en douceur leurs lèvres refermées
Depuis peu, bien trop tôt. Elle est accoutumée

A devoir héberger ces hôtes incongrus
Qui gisent par le fond ; ces humains presque nus
Au destin émouvant, qu’un naufrage effroyable
A tués récemment et coulés jusqu’au sable

Doux et dur à la fois du monde aux mille écueils,
Ce monde sous-marin devenu leur cercueil !
Sans vergogne, les eaux curieuses se faufilent
Dans les méandres noirs des poumons si fragiles

Des dormeurs apaisés – sans doute une illusion !
Ores* indifférents à l’odieuse intrusion.
Allongés côte à côte, une femme et cinq hommes
Liés par le malheur. Rassemblés là tout comme

Une famille unie pour un calme sommeil.
La femme porte encor un long voile vermeil ;
La mer chaude en ceignant son torse d’algues vertes
L’a vêtue d’émeraude ; et l’ayant recouverte,

Pallie en la berçant l’inconfort de son lit.
Mais peu chaut à son corps, dont le temps aboli
Est maintenant serein… La Méditerranée
Va dissoudre tout doux la belle profanée.

*Maintenant

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Les gens, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.