Les deux chaises longues

Poème illustré par : 

Jean-Paul Courchia
http://www.courchia.com

Côte à côte sur la terrasse
Deux chaises longues au soleil.
Plus rien ne va et tout se lasse,
Même l’amour qui s’émerveille

Des souvenirs d’un grand bonheur !
Nous étions bien, main dans la main,
A profiter de la chaleur
D’un fol été sans lendemain.

Allongés au creux des chiliennes,
Les yeux plissés par la lumière,
Nous étions bien. Que s’en revienne
Le temps du rêve et des chimères

Qui mettaient mon coeur en émoi !
Deux chaises longues au soleil,
Inutiles par ce grand froid
Succédant à l’été vermeil !

Tout est fini, c’est inutile
De ressasser cette chanson.
Il nous faudra rentrer en ville
En oubliant que nous étions

Si bien sur ces deux chaises longues,
Main dans la main, les yeux tournés
Vers rien du tout. Sonne le gong
D’une belle histoire ajournée !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire