Les boules carrées

Poème dédié à Janot Dellène

Les rues des Hauts de Cagn(es) étant bien trop en pente,
Les boules y roulaient du haut jusques en bas
Et l’on n’en pouvait plus ; l’on devenait fada
A leur courir derrière ! Une telle descente

Vous rendait enragé. Les pauvres pétanqueurs
En auraient pleurniché, comme de vieux gamins !
Mais il fallut attendr(e) mil neuf cent quatre vingt
Pour que soit résolu le problème : un joueur,

Le bon Janot Delènne, eut une idée géniale :
Plus de boules de fer, mais des boules carrées
Qui ne pourraient plus lors s’obstiner à rouler !
Des boules de bois peint pour un jeu sans égal…

Maintenant l’on y joue en descente, en montée ;
Le jeu a essaimé n’importe où à la ronde ;
Il y a chaque été un championnat du monde :
Comme quoi nos Cagnois ne sont pas si cinglés !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.