Les boules carrées

Poème dédié à Janot Dellène

Les rues des Haut de Cagn(es) étant bien trop en pente,
Les boules y roulaient du haut jusques en bas
Et l’on n’en pouvait plus ; l’on devenait fada
A leur courir derrière ! Une telle descente

Vous rendait enragé. Les pauvres pétanqueurs
En auraient pleurniché, comme de vieux gamins !
Mais il fallut attendr(e) mil neuf cent quatre vingt
Pour que soit résolu le problème : un joueur,

Le bon Janot Delènne, eut une idée géniale :
Plus de boules de fer, mais des boules carrées
Qui ne pourraient plus lors s’obstiner à rouler !
Des boules de bois peint pour un jeu sans égal…

Maintenant l’on y joue en descente, en montée ;
Le jeu a essaimé n’importe où à la ronde ;
Il y a chaque été un championnat du monde :
Comme quoi nos Cagnois ne sont pas si cinglés !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire