Les belles de la plage

Au début de l’été, des belles déambulent
Dans les rues inclinées descendant vers la plage.
Les filles de Marseill(e) ne sont point assez sages
Pour délaisser l’eau bleue et qui tintinnabule

Comme les bracelets enserrant leurs poignets ;
Ces jolis poignets nus ornés par le soleil
D’une ombre de lumière et d’un hâle vermeil ;
Ces poignets indomptés que voudraient empoigner

Pour enfin les mater bon nombre de cacous*.
Les belles n’en ont cure, et dans les escaliers
Les menant au plaisir, vont gorge déployée,
Se tenant par la taille et parfois par le cou.

Elles vont à la plage, et leur long pas dansant
Les mène vers l’Eden au sable tiède et roux.
L’on n’y entend encor que les cris aigres-doux
Des gabians* effrontés et braillards s’élançant

Vers la surface calme et diaprée de la mer.
Pas encor trop de monde car il est encor tôt !
Au loin, beuglant trop fort, un énorme bateau
Perturbe l’horizon de sa masse de fer,

Mais les belles en rient. Elles foulent le sable
Jusqu’à un coin désert et puis se déshabillent,
Jetant par dessus-bord de charmantes guenilles
Les rendant, s’il se peut, encor plus désirables.

* Cacou : Jeune marseillais qui fait le malin !
* Gabians : Les mouettes, à Marseille

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.