Les bazarettes

Poème illustré par un tableau de :

Marie Godest
www.mariegodest.com

Elles sont trois amies aimant se rencontrer
Plusieurs fois par semaine, où elles se racontent
Tout un tas de ragots, futiles, mais qui comptent
Dans leur petite vie monotone, étriquée

Et pas mal solitaire. En été, c’est au Parc ;
En hiver au Café ou chez l’une d’entre elles.
Patati patata ! Volent à tire-d’ailes
Des discours filandreux parsemés de remarques

Très souvent inventées sur des gens du village ;
Parfois des faits divers récents, de beaux scandales
Les mettent en émoi car c’est un vrai régal
De parler savamment d’esclandres et d’orages

Dont on ignore tout mais où l’on peut broder.
Méchantes ? Pas vraiment… C’est à coup sûr l’ennui
Qui les pousse à gloser. Patata patati …
Que de temps gaspillé à toujours jacasser !

C’est vrai que leurs jours creux sont peu intéressants :
Les enfants sont partis et leur vieux mari dort
Quand il ne grogne pas, et encore, et encore…
Barjaquer et causer, c’est leur seul passe-temps.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire