Les Baux de Provence

 

C’est une place forte, un village perché
Au bord d’une falaise effritée, ébréchée.
C’est une cité grise et qui s’est accrochée
De toutes ses maisons à l’énorme rocher.

Le mistral tournoyant l’investit en balourd :
Sournois et roucoulant quand viennent les beaux jours,
En hiver, démoniaque et hurlant à l’entour,
Il veut démanteler les immuables tours.

 Mais les Baux d’autrefois étaient un château-fort
Posté en éclaireur pour repousser les Maures.
Ce n’est donc  pas céans que notre matamore,
S’en va lui infliger les affres de la mort.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.