Les Bas-Alpins

Poème illustré par un tableau de :

Lionel Wibault, dit Wibo
www.wibault.org

Des dents de scie aiguës découpent le ciel bleu,
Aussi bleu que la mer, tout là-bas à Marseille ;
Et c’est le même azur, c’est le même soleil
Qui baignent leur rivage et nos rias en creux.

Nous avons même accent que partout en Provence :
Chantant et lumineux ; même s’il est plus dur
De vivre par chez nous ; même s’il se murmure
Quelquefois, plus au Sud, qu’il y a des nuances

Qui nous différencient des autres Provençaux.
La Nature est cruelle en nos rudes montagnes :
Devrions-nous envier le pays de Cocagne
Des autres, tout en bas ? Nous, les pauvres  « gavots »,

Comme on le dit à Aix, tout en faisant la moue…
Et pourtant dès qu’il tombe ici deux, trois flocons,
Ils oublient leur mépris ; et en baissant le ton,
Ils empoignent leurs skis et se ruent tous chez nous.

Nous sommes grands seigneurs et nous les acceptons
Sur les bords de l’Ubaye ! La montagne est si grande
Que nous aimons l’offrir à qui nous la quémande…
D’autant qu’ils sont cousus de nombreux picaillons !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence, Portraits. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.