Les bancaous

 

La richesse de Lurs ? Ce sont ses champs de pierre
Ainsi que le mistral, le soleil dont le flux
Ruisselle en s’étalant en vagues de lumière ;
Mais l’on  fit de ces plaies des dons inattendus

Et l’on voulut prouver que ces inconvénients
Ne viendraient pas à bout de Provençaux têtus.
On s’accommoda donc du soleil et du vent,
Mais les pierres, le roc sur des champs trop pentus ?

Lentement, peu à peu, au fil du temps passé,
On a donc assemblé les pierres les plus plates,
On les a imbriquées en murets adaptés
Pour dompter peu à peu cette montagne ingrate.

La terre, on l’a montée à dos d’homme. En hottées
A faire défaillir, emplies de glèbe noire
Qu’on a bien épandue sur le sol raboté :
Ce sont ces bancaous dont je conte l’histoire.

Des légumes, des fruits : l’on y a fait pousser
Tout ce dont était pleine la terre asservie.
Mais l’on y a surtout planté des oliviers,
Modestes fleurons gris et chantres du Midi.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.