Les bàbi

Poème illustré par un tableau de :

Fernand Pelez
(1848-1913)

A Marseille, autrefois, les gens les appelaient
Méchamment des bàbi. Miséreux qui venaient
Des terres d’Italie, où ils crevaient de faim,
Pour trouver par ici au moins un gagne-pain.

Du moins le croyaient-ils ! Car pour eux le Midi
Etait assurément un hâvre, un paradis
Qui leur apporterait même un petit boulot ;
Ils comptaient sur l’accueil des frères provençaux,

Mais – las ! ils se trompaient, car on les soupçonnait
De s’en venir voler leur travail aux Français :
Ils étaient mal reçus, méprisés et haïs,
Pas du tout intégrés comme enfants du pays.

Ils le sont de nos jours en terre provençale !
Abandonnée, l’idée qu’ils étaient des ritals,
Pauvres hères pouilleux dans leurs quartiers pourris ;
Et oubliée l’injure odieuse : les bàbi !

Ils sont tous maintenant d’avérés Marseillais :
Méridionaux braillards, Provençaux désolés
Quand la ville est livrée à l’opprobre, aux lazzi ;
Ravis quand on la loue dès qu’elle réussit…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille, Portraits. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.