Les artistes

Le soleil rayonnant sur Belsunce, à Marseille,
Tachetait les murs gris de macules vermeilles
Pour en cacher la crasse et toute la misère
Quand il comprit enfin où était la galère :

Jamais il ne pourrait rendre beau ce quartier
Sans un bon coup de pouce : il devait être aidé !
Le printemps qui badait s’en vint à son secours ;
C’est sa douce manie : il débordait d’amour

Et, étant désoeuvré, tout prêt à dépanner ;
Et comme il transportait des graines par milliers
Il les dissémina partout sur les taudis…
Un grand prodige eut lieu, dont chacun s’esbaudit :

De chaque coin crasseux, du fin-fond des égouts,
Explosèrent des fleurs jaillissant de partout,
Transformant le quartier en paradis terrestre :
Belsunce tout semblable à un décor rupestre !

Corolles parfumées et lianes en folie
Grimpant en s’agrippant au linge de la nuit
Séchant sur les balcons ; feuillages colorés
Issus en un instant de mondes enchantés ;

Un Eden merveilleux que l’astre imperator
Enjoliva encor de ses paillettes d’or.
Alors les citadins, heureux et enchantés,
Se prenant par la main se mirent à danser…

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Marseille, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire