Les artistes

Le soleil rayonnant sur Belsunce, à Marseille,
Tachetait les murs gris de macules vermeilles
Pour en cacher la crasse et toute la misère
Quand il comprit enfin où était la galère :

Jamais il ne pourrait rendre beau ce quartier
Sans un bon coup de pouce : il devait être aidé !
Le printemps qui badait s’en vint à son secours ;
C’est sa douce manie : il débordait d’amour

Et, étant désoeuvré, tout prêt à dépanner ;
Et comme il transportait des graines par milliers
Il les dissémina partout sur les taudis…
Un grand prodige eut lieu, dont chacun s’esbaudit :

De chaque coin crasseux, du fin-fond des égouts,
Explosèrent des fleurs jaillissant de partout,
Transformant le quartier en paradis terrestre :
Belsunce tout semblable à un décor rupestre !

Corolles parfumées et lianes en folie
Grimpant en s’agrippant au linge de la nuit
Séchant sur les balcons ; feuillages colorés
Issus en un instant de mondes enchantés ;

Un Eden merveilleux que l’astre imperator
Enjoliva encor de ses paillettes d’or.
Alors les citadins, heureux et enchantés,
Se prenant par la main se mirent à danser…

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Marseille, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.