Les âmes envolées

Poème illustré par un tableau de :
Marc Chagall
(1887-1985)

Le Grand Saint-Jean* est vide, et Marc s’y sent très seul.
Il y a du brouillard sur le vieux cimetière
Où il vient de porter un bouquet de glaïeuls.
Son cœur serré est lourd de questions, de prières :

Où sont donc désormais les âmes envolées
De ceux qui ne sont plus ? Où sont-ils donc partis,
Ces très chers en-allés ? Créatures ailées
Qu’on se représentait quand on était petits

Avec une auréole et des ailes au dos ?
Ou, plus mystiquement, psychés immatérielles
Flottant dans un Ailleurs dont l’énorme fardeau
Pèserait lourdement sur leur âme immortelle ?

N’en reste-t-il plus rien  ? Mais après tout, qu’importe !
Peu importe qu’ils soient là-bas ou n’importe où ;
Qu’ils aient franchi un jour une incroyable porte
Qui leur ouvre l’accès à un monde plus doux.

L’important c’est d’aimer, de les aimer encor ;
De sentir dans nos coeurs l’immuable présence
De leur amour pour nous ; d’admettre que leur corps
N’était qu’un frêle écrin de bien peu d’importance

Et qu’ils sont toujours là, presque à notre portée ;
Qu’il n’y a que la Vie, qu’il n’y a point de Mort,
Et que toutes les joies qu’ils nous ont apportées
Sont là, au fond de nous, et encor et encor…

Ils ne disparaîtront que quand ils n’auront plus
Personne pour penser à ce que fut leur vie.
A moins qu’ils n’aient rejoint un monde pour Elus ?
Bienheureux ceux qui croient en l’infinie survie…

*Un cimetière d’Aix en Provence

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Automne, Chez nous, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.