Les alouettes sans tête*

Poème illustré par un tableau de :

Albert Coste
www.atempera-gallery.com

Faites escaloper douze tranches de boeuf ;
Puis aplatissez-les, pour mieux les enrouler
Tout autour du hachis qui sera composé
De lardons, d’ail, d’oignons liés avec un oeuf.

Garnissez votre viande avec votre hachis,
Et roulez, façonnez, salez et ficelez.
Ensuite dans un tian, préparez un coulis
De tomates bien mûr(e)s et bien épépinées.

Prenez une cocotte et faites rissoler
Vos délicieux paquets dans de l’huile d’olive
De la vallée des Baux ; il faut y ajouter
Deux oignons émincés. Que la flamme soit vive

Pour que tout dore bien ! Ensuite du vin blanc,
Le coulis « fariné »… Et puis baissez le feu,
Laissez cuire deux heur(e)s. Mais pendant tout ce temps,
Rien ne vous interdit de vous détendre un peu

En buvant un pastis bien frais dans le salon…
C’est vrai qu’il va falloir éplucher les patates…
Mais peler, ça fatigue, et c’est vraiment très long…
Et si on les servait avec un plat de pâtes ?

*Li paquetoun de bioù, en Provençal

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire