L’embouteillage

Illustration du poème trouvée sur le site :

www.bip-art.blogs.com

O putain ! Quel foutoir ! Un grand embouteillage
Stoppe le flot d’autos coulant du Nord au Sud !
Il fait chaud, l’on se traîne, et c’est vraiment dommage
D’être partis si tard : c’est la faute à Gertrude !

O putain ! L’accident… On en a pour des heures…
Et le bébé qui pleure au fond de son couffin !
Et Jean qui veut pisser ! On ira tout à l’heure,
On ne peut s’arrêter… Mais le voici qui geint,

Disant qu’il en a marre et qu’il voudrait rentrer,
Qu’on est mieux à Paris avec tous les copains.
Seigneur, retenez-moi car je vais le tuer !
Quand on voit ce que coûte un séjour aux Grands Pins !

Il fait chaud… et j’ai soif… et il n’y a plus d’eau.
C’est vrai qu’on était bien ce matin à Paris !
Putain, voici les flics : faisons donc le gros dos
Car je n’ai plus de points et c’est moi qui conduis…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion, Portraits. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.