L’église

 

 Poème illustré par :

Vincent Chaigneau
www.zycht.freelux.net 

La porte de côté s’étant enfin ouverte,
L’homme sombre est entré, happé par un trou noir.
Il faisait encor chaud et les ombres du soir
Commençaient à flotter sur la place déserte.

L’homme n’y voyait plus, ses yeux cillaient en vain,
Mais il ne ressentait pourtant aucune angoisse.
Il faisait presque froid. Quelqu’un de la paroisse
Avait fait un bouquet qui sentait bon le thym.

Puis la nuit peu à peu a laissé la lumière
La dissoudre en douceur, et l’homme fatigué
S’est assis sur un banc pour mieux y reposer
Ses gros pieds mal chaussés et couverts de poussière.

Un silence profond régnait autour de lui,
Des rayons colorés sourdaient des hauts vitraux.
Il a laissé fléchir ses membres et son dos
Et la sérénité a submergé sa vie.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire