L’Eden

Poème illustré par un tableau de :

Jan Brueghel le Jeune
(1601-1678)

C’était un beau jardin du tout début des âges ;
Le temps y était doux : ni typhons ni orages
Pour en ternir l’éclat. Un endroit enchanté
Où l’été fleurissait sans être exagéré :

Pays des oliviers et terre d’abondance
Abreuvée d’un soleil qui pleuvait sans outrance
En paillettes d’argent. L’eau y courait partout
En ruisseaux cascadant au creux de vallons roux.

Vêtus de leurs cheveux, une femme et un homme
Vivaient dans ce jardin, Ils en étaient en somme
Les deux seuls souverains, ce royaume parfait
Offrant à profusion tout ce qu’ils désiraient…

Des fruits délicieux, du repos, la lumière,
Et pas bien loin de là la beauté de la mer
Qui chuintait doucement sur des plages de sable ;
Cocagne merveilleux, parfait, inoubliable…

Vous connaissez l’histoire ! Ils en furent chassés
Ignominieusement pour avoir comploté…
Mais ce que tous ignorent, c’est que notre Midi
Pendant cet âge d’or était leur Paradis.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire