Leçon de maintien

Fini le mauvais genre, insouciante Marseille !
Comme parfois tu n’es pas vraiment distinguée,
Tu vas devoir changer pour pouvoir t’attabler
A la table des Grands ! Car bientôt – oh ! merveille…

Tu vas représenter la Culture en Europe.
Il va falloir tenter de te discipliner,
Oublier tes lubies et ton trop franc-parler,
Ta grande insoumission ! Et alors que galopent

Dans tous tes quartiers- Nord de sinistres loubards
Brandissant des kalachs à tire-larigo
Pour mieux exterminer un tas d’autres dingos,
Tu dois te ressaisir ou il sera trop tard !

Montre ce qu’est vraiment une poigne de fer
Pour qu’on te porte aux nues ! Car moults Marseillais
N’espèrent plus que ça, ces maudits flibustiers
Changeant souvent leur vie en un terrible enfer !

Parfois sur tes trottoirs arrosés de soleil,
C’est un gamin qui gît, pantin tout disloqué.
Le sang ne sied point trop au chic b.c.b.g
Qu’il te faut acquérir, ma très chère Marseille…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire